LA COMPAGNIE AZIMUT THÉÂTRE : ARTISTES, CRÉATIONS et SPECTACLES
Retour à l'Actualité d'Azimut Théâtre (accueil)
L'Auteure
En tournée
Précédentes créations
La Compagnie


L'Auteure

Diana Vivarelli : écrivaine, réalisatrice et femme de théâtre
  par Amandine Ranger, comédienne à Azimut Théâtre

On pourrait écrire un roman sur sa vie trépidante, j’ai seulement quelques minutes pour vous donner envie de la rencontrer, de la lire.
L’histoire de Diana avec le théâtre commence dès l’âge de 6 ans où elle montait sur les planches avec ses camarades de classe. A 20 ans, en 1975, Diana fréquente le Living Théâtre et Dario Fo, tout en étant institutrice.

Diana Vivarelli

Baroudeuse
Diana a sillonné le monde pendant une longue partie de sa vie en Amérique, en Afrique et en Asie et notamment en Chine, voyage qu’elle a retranscrit dans le livre « Voyage en solitaire dans la Chine profonde ».
Féministe
Féministe, elle l’a toujours été. Elle a fait partie des mouvements féministes à Bologne dans les années 1970. Son regard féministe transpire dans toutes ses pièces. Son engagement pour les femmes, son combat féministe n'est pas seulement un choix de vie mais il traverse tout son répertoire et son oeuvre. Ses pièces offrent aux comédiennes des rôles majeurs et positifs.

Engagée
Engagée, entre dérision, satire, anticonformisme et burlesque, ses pièces s’attachent à montrer les clichés et le grotesque des situations ordinaires. Sa parole n‘est jamais moraliste. Elle sait aborder les sujets dramatiques avec justesse et humour.
Passionnée
Passionnée, Diana l’est par son travail, dans sa recherche artistique, toujours en mouvement. La variété artistique de ses pièces est impressionnante, proche de la Commedia dell’Arte, du théâtre grec antique, des pièces chorégraphiées sans parole, du théâtre forum.
Inépuisable
Diana est inépuisable, elle a déjà plus d’une vingtaine de pièces à son actif et elle continue à écrire pour notre plus grand plaisir.


Artiste inventive et novatrice, réalisatrice de films
Diana Vivarelli crée en 2003 une nouvelle forme artistique : la vidéo-forum. Le tournage vidéo qui remplace la représentation permet à des nouveaux publics de s’exprimer sans la crainte d’une confrontation directe avec les spectateurs. En octobre 2003, Diana Vivarelli tourne La chaise à palabres, sur le droit à la culture. Comme d’habitude, elle innove invente, casse les méthodes traditionnelles, pour aboutir à une œuvre encore une fois inclassable, à mi-chemin entre la réalité et la fiction. Le film La chaise à palabres a été programmé à Nantes, au Lieu Unique, scène nationale, lors du Forum mondial des Droits Humains organisé par l’Unesco en 2004.
Elle vient de terminer son deuxième film, sur les droits des femmes: Je, tu, elle… Nous étions, vous serez, elles sont avec 24 comédiennes et comédiens.


Diana l’auteure - par Jean-Luc Alliot, comédien et formateur
Dans ses écrits, Diana Vivarelli ne fait pas dans la dentelle : dans ses écrits la femme n'a pas le mauvais rôle. Elle n'est pas l'intrigante mais l'actrice du changement.
Son écriture épurée et limpide dissimule une épaisseur qui ne se révèle pas à la première lecture. Loin du style alambiqué ou faussement docte, elle place la quête du sens et l'engagement au cœur de son œuvre.
Diana Vivarelli, italienne, écrit des pièces dans sa langue d'adoption, le français de l'ouest de la France. Sa langue est celle du peuple, de l'argot, des citoyens du monde, et non celle du « cultureux » conformiste snob, qui se calque dans le moule du pouvoir artistique dominant.
La littérature qui plaît à cette rebelle penche du côté de Franca Rame, Dario Fo, Simone de Beauvoir, Jacques Prévert, Panaït Istrati, Pirandello.

Fondatrice de la compagnie Azimut Théâtre

En 1995, Diana Vivarelli fonde à Nantes la Compagnie Azimut Théâtre. Avec sa propre compagnie, installée au cœur des quartiers populaires, elle met en scène, créé les costumes, les décors, les lumières des pièces qu’elle écrit, dans la lignée de la compagnie La comune, de Franca Rame et Dario Fo. A l’écart des circuits officiellement reconnus par les institutions, ses pièces plaisent en particulier aux jeunes, aux femmes, à tous ceux qui trouvent le théâtre d’aujourd’hui conventionnel et poussiéreux. Elle pratique un théâtre « coopératif », elle détonne en mélangeant les genres.

Diana Vivarelli - Metteur en scène

Metteure en scène talentueuse et exigeante

Ses spectacles sont joués autant dans les rues des quartiers nantais que dans les théâtres des Pays de la Loire, ils tournent à Limoges, à Paris, en Belgique, en Italie... A l‘occasion des luttes et rassemblements, dans les établissements scolaires, dans les MJC, dans les petites salles autant que dans les théâtres à l’italienne.

Ses créations

Diana Vivarelli a mis en scène une trentaine de pièces de théâtre. Elle joue dans nombres de ses pièces.
Ses pièces ont été représentées environs 300 fois, trente mille spectateurs y ont assisté.

Diana Vivarelli a publié :

L'irrésistible progrès de la médecine, recueil "Cabaret du Futur", Ed. Color Gang (2015)

De la réputation des immortels, recueil "Cervantès-Shakespeare, cadavres exquis", Ed. de L'Egaré (2015)

Un pavé dans la mare, Ed. Presse Electroniques de France-PEF- (2013)

Explosion, une bombe nous attendait à la gare, prix Beaumarchias-SACD, Edition de L'Amandier bilingue français-italien (2012)

A l'attaque ! Et autres textes, 6 pièces engagées - Ed. Du Cerisier (2007)

La boule magique, 10 pièces pour enfants de 8 à 13 ans - Ed. Du Petit Véhicule (2006)

Triste sort, mais on s’en sort , 3 pièces pour adolescents - Ed. Du Petit Véhicule (2004)

Le piège à rats, recueil de trois pièces - Ed. Du Petit Véhicule (2001)

Le bouc émissaire - Pièces pour adolescents - Ed. Retz (2004)

Commander les livres

L'Auteure - En tournée - Précédentes créations - La Compagnie

Spectacles en tournée

La prochaine saison d'Azimut Théâtre s'annonce riche en événements, entre engagement et mythes, avec 2 pièces de Diana Vivarelli et son « théâtre de mémoire. » Des histoires qui nous mènent de Bologne à Hollywood, en résonnance avec sa vie mouvementée et au caractère cosmopolite de notre prochaine saison. Embarquez-vous avec nous d'Avignon à Bologne, de Laval à Reims, allez voir l'agenda sur la page ACTU !

Explosion – Une bombe nous attendait à la gare
Marilyn Après Tout

Explosion – Une bombe nous attendait à la gare
de Diana Vivarelli

Telecharger le dossier de presse du spectacle

Affiche du spectacle Explosion – Une bombe nous attendait à la gare

EXPLOSION, une bombe nous attendait à la gare

A reçu le Prix Beaumarchais-Sacd 2010
A bénéficié des Avantages Bourse et de l’aide à la production
de l’association Beaumarchais-SACD
A été sélectionné par l’association des Ecrivains Associés du Théâtre
( EAT ) pour être inscrite à leur Répertoire
A été sélectionnée par Le comité de lecture de Fontenay-sous-Bois
A été publié par les Editions de l'Amandier
(version bilingue français-italien)

Des représentations en Italie (Bologne, Mantoue, Carpi…),
Nantes, Paris, le festival d'Avignon, avec des salles combles :
450 spectateurs et ovation du public
au festival Tissé-Métisse 2012 à la cité des Congrès de Nantes
ainsi qu’au festival Les Hivernales de Saint. Herblain

   

Agenda des lectures-spectacles

En 2015, Festival du Polar « Mauves en Noir », salle du Vallon, Mauves sur Loire.

En 2014, en Italie : Teatro Subito reprend la tournée avec plusieurs dates (Teatro Allemani à Bologna, Circolo Pratello...)
En France, Azimut Théâtre continue d’être sollicité. Après une vingtaine de dates, la lecture se transforme en représentation à part entière, dans une mise en scène de l’auteure, avec 4 comédiens professionnels et 2 élèves-comédiens.

En 2013, en Italie : la compagnie de Bologne Teatro Subito, dans une mise en scène de Alain Leverrier, monte la pièce avec 14 comédiens. Tournée dans plusieurs villes.
Diana Vivarelli est invitée par l’Association des victimes à présenter son livre lors des commémorations et la prestigieuse librairie Coop-Adriatica de Bologna l’invite à son tour.
En France, Azimut Théâtre continue de tourner à Paris, Saint-Nazaire, Lanton… et dans des festivals (Tissé-Métisse à la Cité des Congrès de Nantes, Hivernales de Saint-Herblain…)

En 2011, la compagnie Azimut Théâtre reprend cette forme des lectures-spectacles avec 6 professionnels et 6 comédiens amateurs pour une tournée de 15 dates dans les Pays de la Loire et à Avignon.
Une version pupitre de Jean-Luc Paliès avec la compagnie Influenscènes est programmée à Paris au Théâtre du Rond-Point et à Fontenay-sous-Bois au Théâtre Gérard Philipe.

En 2010, Diana Vivarelli est invitée en Italie par le Circolo Arci de Carpi pour réaliser une lecture-spectacle de sa pièce. « Explosion » est jouée par 14 comédiens italiens en occasion du 25 avril, anniversaire de la Résistance et de la Libération. La pièce est accompagnée par des musiques composées pour l’occasion par les compositeurs Vincenzo Vitiello et Francesco Morri ainsi que des vidéos réalisées par Filippo Porcelli.

 

Résumé

Entre fictions et documentaire, scènes autobiographiques et vérité historique, l’histoire de quatre amis, blessés lors de l’attentat fasciste du 2 août 1980 à la gare de Bologne. Un texte bouleversant sur la mémoire et la politique italienne des années de plomb : services secrets déviés, bandes mafieuses, groupes d’extrême droite... Les responsables matériels de l’attentat, pourtant condamnés à perpétuité, sont désormais libres. Comment est-ce possible, dans une démocratie européenne ? Qui tire les ficelles ? Et pourquoi devrions-nous oublier, faire le vide dans nos mémoires ?

spectacle Explosion – Une bombe nous attendait à la gare - photo n°1

Notes du Comité de lecture des Ecrivains Associés du Théâtre (EAT)

dirigé par Gérard Levoyer

« Voilà un texte qui prend aux tripes et ne laisse pas indifférent. Théâtre-document ? Théâtre-dossier ? Théâtre politique assurément, pas exactement militant, mais qui multiplie les cris en produisant des preuves, des faits, des rapports. »
« C’est un théâtre de protestation qui utilise plusieurs langages – la fiction, le fait brut, des films et des constats sans fioritures – qui pourrait faire penser, parfois, au théâtre de Vinaver. »
« L’auteur pratique un théâtre qui passe sans cesse du neutre au passionné, du froid au chaud, de la sécheresse au pathétique. On sent la force d’une parole qui vient lutter contre la parole médiatique, orchestrée, manipulée, etc... La volonté d’une parole de résistance. »
« C’est un texte citoyen, engagé, essentiel, qui parle du passé mais qui montre du doigt notre présent, en nous soulignant à quel point l’oubli est le berceau de toutes les exactions à venir, des erreurs à reproduire. »
« Avec sa construction plus cinématographique que théâtrale, c’est l’un des meilleurs manuscrits qui nous aient été proposés. C’est un excellent travail et nous avons eu plaisir à le sélectionner comme un exemple d'originalité, de force et d'intelligence. »

spectacle Explosion – Une bombe nous attendait à la gare - photo n°2spectacle Explosion – Une bombe nous attendait à la gare - photo n°2

Extrait

CHŒUR : - La douleur de la blessure dans le dos, la douleur à la jambe, les bleus sur mon corps, se confondent avec la pitié et la tragédie, avec le sang et le désespoir des morts et des blessés.
J'avais une robe violette, des boucles d’oreilles de l’Equateur, un petit sac à dos, un sac avec des sandwichs et des friandises.  A la gare, atmosphère de fête : on part en vacances, on plaisante et on attend tranquillement l'autocar. Nous prenons un café au bar de la gare. Des serveurs plaisantent entre eux, des touristes allemandes sont assises à une table, je les dévisage en songeant à combien il est agréable de voyager.
Dehors, assise sur mon petit sac à dos, je pense à des choses sans importance. Tout à coup, j’entends un bruit d’éclat, léger, ouaté. Je me retourne, j’entends une violente explosion et je vois tout l’immeuble se soulever dans le ciel. L'explosion, le vacarme, la bombe.

Extraits audios enregistrés en Italie (Carpi) lors de la création du spectacle en italien

Extrait audio n°1

Extrait audio n°1, in italiano :
fantôme Valerio Fioravanti
fantasma Valerio Fioravanti
1'47

Extrait audio n°2

Extrait audio n°2, in italiano :
fantôme Francesca Mambro
fantasma Francesca Mambro
1'23

Extrait audio n°3

Extrait audio n°3, in italiano :
curriculum vitae terroristes
curriculum vitae terroristi
4'04

Extrait audio n°4

Extrait audio n°4, in italiano :
poésies de G. P. Testa
poesie di G.P. Testa
3'32

La presse en parle

Les mots du mardi soir, Lanton, octobre 2013

Dans cette pièce, le drame de la réalité du 2 août 1980 est reconstitué et analysé pour nous faire prendre conscience comment des groupes fascistes peuvent tout mettre en œuvre pour ébranler la démocratie. Le jeu des comédiens restitue la tragédie des victimes de cet attentat. Le texte fort de Diana Vivarelli donne la parole à ceux dont la vie s’est brisée ce jour-là. La mise en scène respecte la parole des victimes et évite que cette réalité ne devienne un spectacle comme un autre. Les comédiens deviennent les messagers des morts ce qui rend ce spectacle d’autant plus crédible et émouvant. Pour nous aider à tenter de comprendre l’inconcevable, la pièce met en scène les auteurs de ces attentats, leurs motivations, leurs parcours terroristes, leurs procès et leur devenir; la musique, les images et vidéo projetés sur la scène crée un choc émotionnel qui permet de mieux se représenter la réalité de ces années de plomb. Au-delà de l’émotion, cette pièce qui mêle auto – biographie (Diana Vivarelli a été victime de l’attentat à la gare de Bologne) et documents historiques est un cri de révolte contre le terrorisme qui par son absurdité et notre indifférence laisse la mort et la destruction envahir la société si on n’arrive pas à le combattre.
Françoise Boussin et Thérèse Miquel

Photos de la lecture-spectacle "Explosion" jouée en 2015 au festival de Mauves En Noir, salle du Vallon :
instants-de-scenes.com

Des répétitions du spectacle sur le site de la région pays de la Loire :
http://www.fildesterritoires.fr/loire-atlantique/520-nantes-azimut-theatre-ouvert-a-tous-et-resolument-engage
http://www.dailymotion.com/video/xxlj80_nantes-azimut-theatre-une-compagnie-ouverte-a-tous-et-resolument-engage_news
www.dailymotion.com/Compagnie-Azimut-Theatre
www.youtube.com/user/azimuttheatre

2 entretiens avec Diana Vivarelli et le comédien Jean-Luc Alliot sur radio Prun’ et Jet FM :
www.prun.net/emissions/ghetto-blaster-14-11-2012/
http://www.jetfm.asso.fr/site/stockage/deuxieme_service/2e_service_121205_complet.mp3

Des articles sur Ouest-France du 13 et 18 février 2013 :
http://www.laval.maville.com/actu/actudet-Ils-rejouent-l-attentat-auquel-ils-ont-survecu
http://www.ouest-france.fr/ils-ont-survecu-un-attentat-et-en-ont-fait-une-piece-de-theatre-443004
http://www.ouest-france.fr/ils-rejouent-lattentat-auquel-ils-ont-survecu-823059

Article dans la revue Librairtaire : Promenade du reveur solitaire avec Diana Vivarelli
http://librairtaire.fr/wordpress/?p=1011

Article bilingue, revue Cosmopolis : Théâtre de mémoire et engagement - Teatro di memoria e impegno
http://www.cosmopolis.globalist.it/Detail_News_Display?ID=39871&typeb=3&Theatre-de-memoire-et-engagement

 

Note d’intention par Diana Vivarelli

Je suis née à Bologne, en Italie, et je fais partie des 200 blessés de l’attentat du 2 août 1980 à la gare de Bologne. 85 personnes y ont trouvé la mort, dont des citoyens français. J’avais 25 ans, je partais en Grèce avec des amis, eux aussi blessés lors de l’explosion.
Depuis plus de 20 ans, j’avais envie d’écrire cette pièce. Depuis plus de 20 ans, je n’y arrivais pas. Ma mémoire voulait refouler et non s’immerger, voulait fuir les cauchemars et les horribles souvenirs. Sans y parvenir, évidemment.
Et puis, il y a un an, mon frère m’a dit qu’il croyait à l’innocence des terroristes Francesca Mambro et Valerio Fioravanti, responsables matériels de l’attentat, jugés et condamnés par la justice après des années de procès. Leur culpabilité a été clairement établie par d’innombrables tribunaux, cours d'appel et de cassation. Luigi Ciavardini, mineur en 1980, a été condamné en 2007. Il est le seul encore en détention. Comme ses complices, il suit le scénario de professer une innocence démentie par les faits et les preuves, en gardant le silence sur les mandants et les instigateurs politiques de l’attentat.
Et mon frère n’est pas le seul à les croire  innocents ! Leurs « amis » siègent désormais au gouvernement. Grâce à des campagnes médiatiques en leur faveur, orchestrées par divers groupes de pression, ils sont sortis de prison. Ni les condamnations à perpétuité, ni le fait qu’ils n’aient jamais renié leurs actes ou aidé la justice, n’ont empêché qu’ils sortent de prison. Francesca Mambro, 95 morts, 6 condamnations à perpétuité, n’a plus mis les pieds en prison depuis 2001. Elle a bénéficié d’une suspension de peine pour maternité, maternité qui dure déjà depuis huit ans. Francesca Mambro a passé en prison deux mois pour chaque mort.
Cette période, appelée « les années de plomb », compte énormément dans l’histoire italienne et dans l’histoire européenne de l’après-guerre. Pourquoi devrions nous les oublier, faire le vide dans notre mémoire ?
Il suffit de regarder comment l’intolérance, l’antisémitisme et l’extrême droite refont surface. Par exemple, en France, Le Pen continue de nier les chambres à gaz, exactement pour les mêmes raisons.
A Nantes, ville qui a résisté héroïquement aux troupes d’occupation, beaucoup de monde me pose des questions sur la poussée de l’extrême droite et sur le « phénomène » Berlusconi. Les idéaux fondateurs de nos Républiques de l’après-guerre en supportent les conséquences.
Je voulais en savoir davantage. Il me fallait replonger dans les procédures judiciaires. J’ai travaillé à partir de documents réels de l’époque, des discours de commémoration, des émissions de télévision, des reportages, des interviews, des films, des sites internet...
La pièce englobe l’histoire et la politique italienne depuis la fin de la guerre jusqu’à nos jours, avec la terreur du communisme comme thèse de fond. Elle parle aussi de la montée des intégrismes de tout ordre.

spectacle Explosion – Une bombe nous attendait à la gare - photo n°3spectacle Explosion – Une bombe nous attendait à la gare - photo n°3

Crédit photos Vincent d'Eaubonne.
Voir les photos du spectacle « Explosion »
sur le site Instant de Scènes

 

Equipe artistique de la compagnie Azimut Théâtre

Mise en scène : Diana Vivarelli
Création musicale : Vincenzo Vitiello, Francesco Morri
Création vidéo : Filippo Porcelli
Montage vidéo : Vincent Humeau, Trans-sphère

Avec six comédiens :
Stéphane Leclercq, Hélène Sirven, Jean-Luc Alliot, Willy Mancel, Christophe Ferrier, Emilie Morin
Crédit photos : Vincent d’Eaubonne, Instants-de-scènes

Durée : 1h30

Partenaires

La création de cette pièce a été soutenue par : 
Association Beaumarchais – SACD - Région Pays de la Loire - Conseil Général 44 - Ville de Nantes Préfecture 44 - L'Acsé - CSC-ACCOORD Bellevue - Théâtre du Tiroir de Laval - Ville de Saint. Herblain, CSC du Tillay - Association Tissé-Métisse

Explosion, une bombe nous attendait à la gare est édité chez les éditions de l'Amandier, sortie prévue en septembre 2012.
Vous pouvez le trouver dans toutes les bonnes librairies ou le commander à la compagnie Azimut

Éditions de l'Amandier

www.editionsamandier.fr

retour

Marilyn Après Tout
aux éditions Cahiers de l'égaré

Page de couverture du livre Marilyn Après Tout

18 femmes, 18 hommes de 17 à 71 ans ont écrit en français, américain, russe, arabe, bulgare, italien sur Marilyn Monroe pour nous raconter une actrice mythique, femme hors norme, intelligente, sensible, complexe.

Sorti en avril 2012, le livre « Marilyn après tout » est un indéniable succès du public et de la critique : à la frontière entre récit et monologue, il se lit comme des courtes nouvelles et il plait pour sa variété d'écritures, de situations et d'imagination.

Le mythe Marilyn suscite un foisonnement d'initiatives artistiques : films, spectacles, lectures.

Les élèves du Conservatoire d'Avignon, dirigés par « À mots découverts », se sont emparés de certains textes afin d'en faire une lecture pendant le festival d'Avignon. Le texte « Marilyn forever » de Diana Vivarelli a été choisi et il sera lu le 12 juillet dans le grand auditorium du Conservatoire à 11h00 ou à 14h00.

Le 13 juillet les comédiens d'Azimut Théâtre participent à une lecture collective des autres textes du livre : rendez-vous à 20h30 à l'Espace Alya, 31 bis rue Guillaume Puy.

D'autres lectures sont programmées dans toute la France et même au Canada !

Pour les voyageurs nantais, Azimut Théâtre organise 2 lectures-dédicaces gratuites :

Jeudi 11 octobre 2012 à 20h30
Café Livresse, 9, Rue de l'Hôtel de Ville, Nantes
Lecture bilingue italien-français du texte de Diana Vivarelli « Marilyn forever » par l'auteure et Jean-Luc Alliot.

Lundi 18 février 2013 à 18h30
Salle Francine Vasse, 18 rue Colbert, Nantes
Lecture bilingue italien-français du texte de Diana Vivarelli « Marilyn forever » par l'auteure et d'autres textes par des lecteurs des EAT Atlantique.
Avec Jean-Claude Grosse, auteur et concepteur du projet avec les EAT-Méditerranée.
Organisée par les EAT Atlantique en partenariat avec Salle Vasse et Azimut Théâtre.

Présentation

Projet initié par les EAT Méditerranée, Les 4 Saisons d’ailleurs, Les Cahiers de l’Égaré, soutenu par les EAT (Écrivains Associés du Théâtre) et la SACD

Marilyn Monroe s’est donné la mort le 5 août 1962. La commémoration du cinquantenaire de sa disparition donnera lieu à quantité de contributions, jusqu’à saturation de l’opinion publique.
Dans ces conditions, qu’est-ce qui a pu pousser les EAT Méditerranée à rejoindre ce flot annoncé, pour 2012 ?
L’écho positif des auteurs auxquels nous nous sommes adressés souligne la pérennité d’un mystère Marilyn, constitutif d’une mémoire individuelle et collective, appelée à durer, comme le pressentait Jackie Kennedy, dès 1962.
Une mémoire durable, donc une mémoire complexe et évolutive dans le temps. Le cinquantenaire est un moment propice pour nous interroger sur la capacité d’une Marilyn morte depuis longtemps à susciter encore admiration et rejet, compassion et interrogations. À tel point qu’il est peut-être vain de chercher à faire émerger une vraie Marilyn, tant elle ne se réduit jamais et jamais définitivement au portrait que l’on croit avoir réussi à dessiner d’elle à tel ou tel moment.
Il apparaît en tout cas clairement que sous l’icône sexuelle, offerte habituellement  comme image dominante, bouillonne un mystère construit par les médias et les témoins, par Marilyn elle-même, mystère tout autant fabriqué par nos fantasmes, nos histoires personnelles et familiales, dans leurs contextes spatial, temporel, culturel. À terme, il est possible d’imaginer Marilyn Monroe, comme une forme archétypale du féminin sacré, figure prenant un jour sa place aux côtés de Jeanne d’Arc, Marie-Madeleine, Artémis, les Vierges Noires …
Dans cette nébuleuse du féminin, Marilyn produit aujourd’hui encore sa propre nébuleuse. Aussi nous a-t-il paru intéressant de nous adresser à des auteurs des deux sexes, appartenant à différentes générations, venus d’horizons géographiques divers et traduisant une certaine variété socioculturelle.
18 femmes, 18 hommes, de 17 à 71 ans, France, Canada, États-Unis, Russie, Italie, Espagne, Maroc, Bulgarie, Belgique, 9 EAT MED, 9 EAT autres régions, 18 auteurs invités. Pour les 36 ans de Marilyn.

Les contraintes d’écriture ont été limitées le plus possible :
les auteurs ne dépasseront pas les 1000 mots ; leur écriture pourra être théâtrale, romanesque, poétique, philosophique, expérimentale… ; un objectif général est donné, au départ, qui n’a cependant rien de contraignant :  il s’agirait de faire réparation, tenter de rendre à Marilyn Monroe ce qui lui a été volé, de lui donner ce dont elle a été frustrée. Elle se comportait avec les hommes comme ceux-ci le voulaient, l’escomptaient, à la va-vite … mais être miroir du désir du mâle, dominateur, irresponsable, lâche, n’était que la face visible de M.M. Il y avait Norma Jeane, il y a toujours eu Norma Jeane, cherchant le père, son amour, sa reconnaissance, cherchant la mère aussi …  Évidemment, ce sont des hypothèses. Il faudra bien se décider à en choisir certaines plutôt que d’autres, moins biographiques que métaphysiques. M.M. comme chance, comme don semblant être une des plus productives.
Ces indications que chacun est libre de reprendre à son compte, de détourner, d’ignorer,
répondent aussi à une préoccupation d’un autre ordre : chercher à rendre visible ce projet, donner envie à un lectorat et un public potentiels de s’y intéresser, au milieu du flot des publications, images et sons qui déferleront en 2012, sur des supports médiatiques, éditoriaux, et de production,  très puissants.

L’originalité du projet réside donc, également, dans la place accordée aux mots, à l’écriture, pour dire Marilyn. S’il existe bien quelques ouvrages importants la concernant de près ou de loin, il n’échappe à personne que, pour la plupart des gens, la mémoire de Marilyn a été véhiculée, d’abord et de manière écrasante, par l’image, sous toutes ses formes. En proposant de privilégier l’écriture, notre projet présente des qualités indéniables :

  1. une mise à distance par rapport à la plupart des images, et une possibilité réflexive autre ;
  2. une forme de fidélité à MM qui aimait les mots,  comme en témoignent ses lectures, ses poèmes, ses correspondances tout au long de sa vie, utilisant souvent des supports liés à une urgence d’écrire : feuilles volantes, couvertures de carnet, papier à en-tête de restaurants ou d’hôtels où elle séjournait ;
  3. une appropriation du sujet par des auteurs qui partagent avec la plupart de leurs futurs lecteurs ou spectateurs, le fait de n’avoir pas connu MM, de n’être pas liés à son entourage et ses héritiers, et de n’être pas des spécialistes de la question.

Ces remarques conduisent à poser la question du devenir des textes :

  1. ils seront d’abord publiés, pour fin avril 2012, à 1000 exemplaires, par Les Cahiers de l’Egaré, maison d’édition partenaire du projet. La diffusion du livre débutera aussitôt.
  2. nous organiserons avec les comédiens de À mots découverts une manifestation d’une journée, durant le festival d’Avignon 2012, en partenariat avec le Conservatoire d’art dramatique, sous l’égide de la SACD et des EAT, mi-juillet 2012.
  3. Bagheera Poulin et Laurent Petitgand proposeront un poème théâtral et musical : MMM (Moi Marilyn Monroe), livre et CD édités par Les Cahiers de l’Égaré pour le 1° juin 2012.
  4. Aïdée Bernard créera et exposera une réplique de la subway dress de Marylin en papier de dentelles végétales avec des mots d’auteurs et de Marilyn.
  5. Shein B écrira et interprètera un slam pour Marilyn : Que l’amour !
  6. 5 soirées du festival d'été 2012 du théâtre 14 à Paris seront consacrées au projet (lecture de 8 textes par soir, cabaret musical, slam, performance), début août 2012.
  7. à Forges les Eaux, Anne Pascale Patris créera en octobre 2012 une pièce sur Marilyn et invitera quelques auteurs du projet.
  8. une rencontre est prévue en octobre 2012 dans une librairie du XIX° arrondissement, La Lucarne des écrivains.
  9. Diana Vivarelli prévoit des lectures en Loire-Atlantique à l’automne 2012.
  10. Marc-Israël Le Pelletier organisera une rencontre au Canada, à Montréal, à la librairie Le Port de Tête, en octobre 2012.
  11. Jean-Luc Palliès prévoit des lectures avec Miguel Ange Sarmiento au Bourvil à Paris.
  12. au-delà, les EAT pourront proposer des lectures, mises en espace, débats, à des théâtres et lieux culturels, dans les régions couvertes par leurs activités, (centre européen de poésie d’Avignon en octobre 2012, librairies de Hyères et Toulon …).

Gilles Desnots, Jean-Claude Grosse, le 3 mars 2012

Commander le livre sur la Boutique

retour


L'Auteure - En tournée - Précédentes créations - La Compagnie

Précédentes créations

Un pavé dans la mare
La chaise à palabres
Festivals quartiers Azimutés
Lectures théâtralisées
Le bouc emissaire
Ne m'oublie pas !
L'histoire du travail selon deux chomeurs

Un pavé dans la mare
de Diana Vivarelli

Avec : Jean-Luc Alliot, Diana Vivarelli
Chant : Jean-Luc Alliot
Compositeurs : Charles Guilbaud, Alexandre Korac
Mise en scène et scénographie : Diana Vivarelli
Création lumières : Morane Asloun

Un spectacle non conventionnel, qui nous prend à contre-pied. Un cocktail explosif de sketches ponctués de chansons jazzy, rock, blues, pour deux comédiens au rythme endiablé. Une construction cinématographique pour un portrait de famille décalé, où les personnages se cherchent, se déchirent, s’ignorent ou se ratent. Martine la stressée, Bernard l’émancipé, Yvonne la révoltée, Léon le raté, Albert l’idéaliste, Clémence l’illuminée… nous embarquent dans un voyage surprenant. Un spectacle émouvant, mordant et sans concession, un antidote à la fadeur et à la morosité ambiante, une pièce portée par une parole cinglante et drôle.

Plus d'infos (vidéos, photos, chansons, documents)
dans "Nos réalisations"

Un pavé dans la mare (3)
Un pavé dans la mare (1)

 

Un pavé dans la mare (2)

Extraits de presse

C’est avec beaucoup de fraîcheur et de simplicité que les deux personnages vont se mouvoir. La place est laissée aux textes et à la satire […] Le ton est donné, sous le signe de l’humour, pour un spectacle destiné aux petits comme aux grands. Il s’agit de comprendre que nous avons affaire ici à un vrai numéro de théâtre populaire: on va dégager la sacralité du théâtre pour ne laisser au spectateur que l’impression d’une bonne soirée entre amis, avec lesquels nous aurions essayé de refaire le monde. Il s’adresse à tous et donne un regard vigoureux de notre société. Gentiment provocateur, ce spectacle est un bon moment de divertissement.
Nantes Poche (avril 2006)

La pièce met en lumière les exclus, les incompris et les marginaux pour dénoncer avec humour le conformisme et le formatage quasi obligatoires auxquels contraint notre société. Au-delà du divertissement, Un pavé dans la mare invite à repenser le droit à le différence.
Presse-Océan (avril 2006)

Un pavé dans la mare, reste du vrai théâtre populaire, une forme de satire sociale à la fois drôle et engagée.
Presse-Océan

Parfois tendres, parfois caustiques, mais toujours humoristiques, les scènes invitent à la réflexion sur des sujets tels que l’amour, la politique, l’intolérance, l’art ou la morale. Et pour changer de rythme, quoi de mieux que ces quelques chansons sur des airs jazzy, rock ou blues.
Ouest-France

Paroles du livre d'or

Le rythme de la pièce est très fort et j’avoue que, si je comprenais le fond de chaque tableau, certaines subtilités m’échappaient. Deux nuits de sommeil plus tard, je revois certaines situations et la justesse du propos. Objectif atteint et encore bravo !
Nicole et Gérard F.

Bravo les copains pour le spectacle ! C’est comme un voyage à la Gérard Manset .
Luc

J’ai tout aimé, surtout la construction cinématographique et les portraits de famille décalés.
Dominique Adam

Pétillant, variée, vraie. Magnifique !
Évelyne

Très bon spectacle. La voix suave du chanteur nous rappelle celle de Barry White. Sincères félicitations pour tous ces tableaux drôles et émouvants .
Gérard Quitté

Merci pour toutes les émotions éprouvées avant et après votre spectacle, sans parler de celles ressenties pendant .
Lydie Brossard

Bravo et encore bravo ! Et vive la révolution ! ! !
Florence Guittoneau

Spectacle remarquable pour la pertinence du texte et la qualité musicale. Bravo !
Jean-Marc Manach

Merci. C ‘est du travail ! Bravo le Chanteur !
Élisabeth Bernardin

Très émouvant et drôle. Bravo à vous deux. Vous étiez magnifiques. Amicalement. Christelle Saurin

L’émotion du cœur l ‘emporte et les chansons me plaisent énormément !
Patricia Prévot

La Chaise à palabres

La Chaise à palabres

Film vidéo-forum sur le droit à la culture écrit et réalisé par Diana Vivarelli: "la pratique artistique et culturelle n'est pas seulement un moyen ou un outil, mais surtout un droit et un besoin. Droit de chaque peuple à sa propre culture, besoin de la liberté de créer et de choisir ses images : une société qui abandonne ses moyens de représentation est une société asservie."

Ce docu-fiction a été tourné en 2003 à la Maison des Habitants et du Citoyen de Bellevue - Nantes, en partenariat avec de nombreuses associations.

retour

Festivals quartiers Azimutés

Festivals quartiers Azimutés

En 1998, AZIMUT THEATRE participe à la création d'un collectif de compagnies, Théâtre en Mouvement, sous l'impulsion du Centre de Théâtre Action de Belgique, qui organise depuis 16 ans le festival du Théâtre en Résistance (Festival International Théâtre Action ou FITA).

En septembre 2000, la Compagnie a organisé, avec l'association COUP DE THEATRE (lauréat Défi Jeunes 2000), une étape de ce Festival à Nantes, qui a réuni environs 400 spectateurs, dont 40% jeunes, dans le quartier Bellevue.
Du 26 octobre au 16 novembre 2002, la compagnie a accueilli une étape du FITA (Festival International Théâtre Alternatif) lors de la deuxième édition des "Quartiers Azimutés" à Nantes.

retour

Lectures théâtralisées

La compagnie propose un nouveau concept de théâtralisation des pièces éducatives : les lectures théâtralisées.
Cette forme minimaliste permet de limiter les contraintes techniques (acoustique, décor, lumières,...) liées aux spectacles, de rendre la prestation modulable en fonction de l'espace et d'en réduire le coût.
Ces lectures vivantes concernent les pièces éducatives écrites par Diana Vivarelli.
Les comédiens les ont joués de nombreuses fois, ce qui leur permet d'interpréter le texte debout, tout en se déplacant et en jouant.
Ces lectures sont suivies d'un débat-échange entre les jeunes spectateurs, l'auteur et les comédiens.

retour

Le bouc-émissaire

Le bouc-émissaire

Le préjugé racial et ses différentes pratiques

"Les scènes se succèdent tambour battant avec des changements de décors, d’atmosphères et de costumes rapides et endiablés.
La pièce va droit au but et le rythme soutenu par les trois acteurs fait mouche." (Ouest-France)

retour

Ne m'oublie pas

Ne m'oublie pas

Lutte contre l'exclusion, prévention sans moralisme

"Trois comédiens jouent un théâtre d’intervention informatif, humoristique, spontané et surtout pas moraliste." (Ouest-France)

retour

L'histoire du travail selon deux chômeurs

L'histoire du travail selon deux chomeurs

Le travail côté pile, côté face

Divertir tout en donnant à réfléchir, le tout sans préjugé et servi par une bonne tranche d'humour. (Ouest France)

retour

A l'attaque - 2002
Spectacle amateur sur les conséquences de la mondialisation libérale. Ce spectacle dresse un portrait du monde actuel décapant, satirique et outrancier.

L'epreuve du feu - 2001
Débat autour de la toxicomanie tantôt drôle tantôt émouvant

Le sang de la terre - 2001
Spectacle de rue sur le droit international et la paix en Palestine.

Droit d'entrée - 2000
Spectacle sur le droit d'asile, inspiré de l'action d'Amnesty International.

Echantillon temoin - 1999
Un soutien du combat d'Amnesty International contre la peine de mort et à propos des sondages d'opinion.

L'esclave est il historique ou contemporain ? - 1999
Spectacle théâtre-image joué à l'occasion de l'evenement Tissé-Métisse à Nantes.

Le cadeau empoisonné - 1997
Spectacle de rue pour la défense de l'environnement crée pour le collectif antinucléaire du Carnet, Nantes.

Vire de là et tais-toi - 1995
Spectacle pour le droit au logement et contre la spéculation immobilière.


L'Auteure - En tournée - Précédentes créations - La Compagnie

La Compagnie Azimut Théâtre

Pour un théâtre coopératif, provocateur et généreux, un théâtre comme une aventure partagée, un théâtre qui brise les schémas attendus par le non-conformisme, l’ironie, la dérision.

En création permanente, Azimut Théâtre trouve son chemin dans les écritures d'aujourd'hui. Tous les spectacles de la compagnie sont des créations originales, inédites et contemporaines. Azimut Théâtre cherche à faire connaître et aimer les auteurs contemporains et, en particulier, Diana Vivarelli, avec qui elle mène un parcours artistique hors du commun. Auteure d'une trentaine de pièces, elle s'est formée en Italie avec Dario Fo, Umberto Eco, Eduardo de Filippo, Giorgio Vivarelli et au Nouveau Théâtre d'Angers. Ses personnages non conventionnels, bousculent les attitudes et les idées reçues, ne se soumettent pas au rôles imposés, dérangent les a priori et le moralisme ambiant. Jean-Luc Alliot et Diana Vivarelli interprètent les rôles principaux des créations de la compagnie.

Jean-Luc Alliot

La démarche artistique d’Azimut Théâtre puise ses références chez Molière, la Commedia dell’Arte, Bertold Brecht, Dario Fo et Franca Rame.

Installée au cœur des quartiers populaires depuis sa création à Nantes en 95, Azimut Théâtre fait bénéficier les populations de son activité créatrice avec de multiples projets artistiques. Cette volonté d’accessibilité l’amène à jouer dans des lieux pas exclusivement réservés aux représentations théâtrales.

Les comédiens d’Azimut Théâtre utilisent autant les potentialités du texte que l’expression corporelle, la musique, la danse, le chant, les sons, les masques...

Diana Vivarelli

Diana Vivarelli et Jean-Luc Alliot dans : L'histoire du travail selon deux chômeurs


L'Auteure - En tournée - Précédentes créations - La Compagnie
conception graphique : Pablo Prieto - réalisation : Trans-Sphère sarl - mise à jour : Azimut Théâtre
Crédits photos : Jean-Luc Alliot, Vincent d'Eaubonne, Damien Ruillé, Corinne Provost, Henri Marché, Alain Guillard